Livres Couvertures de Pourquoi j'ai quitté Goldman Sachs

Pourquoi j'ai quitté Goldman Sachs

3.2 étoiles sur 5 de 4 Commentaires client

Pourquoi j'ai quitté Goldman Sachs - Pourquoi j'ai quitté Goldman Sachs est le grand livre que vous voulez. Ce beau livre est créé par Greg Smith. En fait, le livre a 402 pages. The Pourquoi j'ai quitté Goldman Sachs est libéré par la fabrication de JC Lattès. Vous pouvez consulter en ligne avec Pourquoi j'ai quitté Goldman Sachs étape facile. Toutefois, si vous désirez garder pour ordinateur portable, vous pouvez Pourquoi j'ai quitté Goldman Sachs sauver maintenant.. Si vous avez décidé de trouver ou lire ce livre, ci-dessous sont des informations sur le détail de Pourquoi j'ai quitté Goldman Sachs pour votre référence.

Télécharger Livres En Ligne
Le Titre Du Livre:Pourquoi j'ai quitté Goldman Sachs
Auteur:Greg Smith
Langue: English
ISBN-10:2709642840
Nombre de pages:402 pages
Livres Format:E-Book, Hardcover, Kindle
Editeur:JC Lattès
Genre:Livres
Nom de fichier:pourquoi-j-ai-quitté-goldman-sachs.pdf (Vitesse du serveur 25.61 Mbps)
La taille du fichier:23.13

Pourquoi j'ai quitté Goldman Sachs a été écrit par Greg Smith qui connu comme un auteur et ont écrit beaucoup de livres intéressants avec une grande narration. Pourquoi j'ai quitté Goldman Sachs a été l'un des livres de populer sur 2016. Il contient 402 pages et disponible sur format . Ce livre a été très surpris en raison de sa note rating et a obtenu environ 4 avis des utilisateurs. Donc, après avoir terminé la lecture de ce livre, je recommande aux lecteurs de ne pas sous-estimer ce grand livre. Vous devez prendre Pourquoi j'ai quitté Goldman Sachs que votre liste de lecture ou vous serez regretter parce que vous ne l'avez pas lu encore dans votre vie.

Livres Revue

Intéressant - Bon livre qui permet malgré quelques passages un peu longs et d'autres un peu techniques de mieux comprendre le quotidien d'une grande banque d'affaire, et son fonctionnement interne.Smith identifie bien les problèmes du système actuel, et décide de les pointer du doigt = disparition de la culture d'entreprise, prépondérance de plus importante du trading, conflits d'intért entre le conseil du client et l'activité pour compte propre, création de produits dérivés tellement compliqués que les traders/commerciaux eux-mme n'en maitrisent pas les risques etc. etc.Sur la personne mme de Greg Smith, on a envie de le croire. Il parle bien plus de sa famille et de son travail que de son argent. Quand il en parle on comprend qu'il a gardé les pieds sur terre. Et quand on voit l'attachement qu'il a à ce qu'il appelle "la culture d'entreprise", on a l'impression finalement...

une plongée dans l'univers de le banque intéressante - Après sa lettre de démission tonitruante, j'étais assez curieux de découvrir ce livre qui permettrait d'en savoir davantage sur la firme.Je n'ai pas tre déçu par le récit ni par la qualité de la traduction. Dans un style agréable, cette quasi-autobiographie se lit parfois comme un roman et ne provoque jamais d'ennui.On peut noter parfois quelques approximations ou quelque manques de clarté mais cela n'entache pas la qualité globale de l'ouvrage.J'aurais également souhaité que certains faits reprochés soient plus étayés mais je pense que le risque juridique a dû parfois conduire l'auteur à beaucoup de réserves.Ce récit vaut donc le détour, que ce soit pour les initiés du monde de la finance comme pour les non initiés car il est assez vulgarisateur.

Autobiographie d'un egocentrique - L'histoire de Greg Smith se lit en quelques heures. Je lis les premieres pages avec beaucoup d'interet: l'auteur raconte son parcours universitaire a Stanford puis sa rencontre avec Goldman Sachs: entretiens, stage d'ete et premieres annees en tant qu'analyste.Mais tres vite, le lecteur realisera que l'auteur est un etre exceptionnel. Tout son parcours au sein de la meilleure banque de Wall Street est un succes. Il en vient a raconter, par exemple, ses exploits de jeunesse au ping-pong (il a represente l'Afrique du Sud aux Olympiades) ou alors la soiree Goldman qu'il a sauve du ratage en sortant son Ipod (waw, Greg a tellement bon gout musical!). Ca en devient presque risible.Puis l'auteur agace quand il evoque sincerement qu'il doit faire des economies (en ne prenant plus le taxi mais le metro, par exemple). Il faut rappeler que Greg gagne plus de 500k dollars par an au moment ou il engage son "plan d'austerite".Enfin, on a le sentiment que Greg...